La ville de Clermont l’Hérault située au centre du département de l’Hérault s’est développée, depuis le XIIème siècle, autour de son château et de son bourg primitif complété, à partir du XIVème siècle, par les faubourgs ou quartiers de la Frégère, les Calquières, Coutellerie et Rougas.

Aux XIXème et XXème siècle, le dynamisme principalement commercial et viticole s’accompagna d’un développement urbain s’étendant du Planol et de l’église Saint-Paul jusqu’à la gare ferroviaire et sa périphérie.

Depuis les années 1950, habitats collectifs et individuels ainsi que zones d’activités économiques occupent un espace autrefois cultivé. Parallèlement la ville se dote d’équipements scolaires (écoles, collèges, lycées), sportifs (stades, gymnases, centre aquatique) culturels (bibliothèque, théâtre, cinéma) et sociaux (crèche, maison de retraite, Centre d’action sociale, club du troisième-âge etc…).

A partir des années 1970, le territoire communal voit ses terres agricoles disparaître au profit de lotissements, nouvelle forme d’habitat très prisé par les autochtones et les nouveaux venus. Situation très banale voire normale notamment dans notre région. Au final certes, une ville bien équipée, mais pour autant faut-il abandonner le centre ancien ?

Les équipes municipales successivement en charge de la ville sans s’être totalement désintéressées du sujet n’ont jamais mené de réflexion ni d’action globales sur l’avenir de ces quartiers historiques.

Dans un document paru en 1985 sous le titre «Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France – Arrondissement de Lodève» une cinquantaine de maisons clermontaises y sont recensées.
Plus de la moitié d’entre elles sont situées dans le vieux bourg comprenant le Château et le monastère de Gorjan. Sont également mentionnés, trois hôtels particuliers dans les quartiers de la Frégère, les deux églises gothiques Saint-Paul et Saint-Dominique (actuellement plus connue sous le nom des Pénitents) et deux manufactures de drap et trois maisons de tanneur.

Eglise-Saint-Paul-Saint-Dominique-Association-Vcap-Valorisation-Patrimoine-Centre-Ville-clermont-lherault

Cet inventaire dressé à titre d’information n’empêcha pas la destruction de plusieurs maisons. Le désintérêt général n’est pas une nouveauté, pour autant faut-il renoncer à sauvegarder ce qui peut l’être et à valoriser ce qui reste ?

Heureusement certains, à titre privé, se sont lancés dans de véritables aventures et ont mené des travaux de restauration remarquables et remarqués. Les pionniers dans le domaine de la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine clermontais sont Monsieur et Madame Leiris, propriétaires d’une ancienne manufacture de drap, construite au XVIIIème siècle et remaniée au siècle suivant, qu’ils ont acquis en 1945 afin d’y installer leur habitation et leur société la SOciété CAoutchoutière de l’Hérault (SOCAH).
Nombre de propriétaires-occupants de bâtiments moins prestigieux, n’en restent pas moins actifs et réalisent des travaux d’entretien et de rénovation. Des investisseurs privés et publics ont réhabilité des immeubles mis en location.

Socah-Association-Vcap-Valorisation-Patrimoine-Centre-Ville-clermont-lherault