Rue des Calquières

Calquières (fosse de tanneurs où les peaux sont soumises à l’action de la chaux), le nom de cette rue et plus largement du quartier éponyme, indique très explicitement l’activité exercée ici à savoir la tannerie. La présence de calcaire (dont on tire la chaux par calcination), de tan (tiré notamment de l’écorce de chêne) et de nombreux troupeaux d’ovins a permis dès le XIVème siècle la production de cuirs.

Pour exercer cette activité gourmande en eau et très « polluante » les Clermontais installèrent les tanneries en bordure du ruisseau du Rhônel. Ce dernier fournissait une partie de l’eau (grâce à des barrages construits en amont) et surtout récupérait l’eau souillée.
Toutes les maisons longeant le ruisseau de la rue des Calquières abritaient chacune une tannerie équipée d’un puits faisant réellement de cette rue, la rue des tanneurs.

La rue débouche sur la place Saint-Paul qui en fait est un pont édifié au début du XXème siècle.