Les Pénitents, ancienne église Saint-Dominique

Un couvent de Dominicains dits aussi Frères Prêcheurs, comprenant divers bâtiments dont une église de style gothique fut édifiée au XIV éme siècle, en bordure du ruisseau du Rhônel. Les frères combattant toute dérive hérétique menaient aussi des activités diverses : agriculture, tannerie, moulin à huile.

Durant les guerres de religion et la période de troubles qui suivit, le couvent fut dévasté en 1568 puis reconstruit et démoli en 1588. Après les guerres de religion ne restaient du couvent que les murs de l’église, du dormitorium et des communs. En 1594 le réformateur dominicain Sébastien Michaelis désigna ce couvent dévasté « pour y faire revivre l’observance régulière ». Les frères appliquèrent la réforme de Michaelis destinée à ramener les catholiques clermontais vers « le chemin des sacrements de la pénitence et de l’eucharistie ».

Au XVIIème des travaux furent réalisés et l’église reconstruite sur ses anciens fondements. Pendant la Révolution Française (1789-1799) l’église devint salle de réunion politique et fabrique de salpêtre. Après l’achat du couvent par la commune, l’ancienne église répondit à divers besoins.

De 1808 à 1905, une confrérie de Pénitents bleus s’installa dans une des chapelles de l’ancienne église. La présence et l’action de ce groupe très actif marquèrent sans doute la population clermontaise, effaçant de la mémoire collective à la fois les noms des fondateurs (les Dominicains) et de l’église (St-Dominique).

Aujourd’hui l’ancienne église restaurée, réservée aux expositions et événements ponctuels, est dénommée (à tort ou à raison) « Les Pénitents ».